Installation des organes du Comité de Dialogue Social de Sonatel

Sonatel et ses Partenaires Sociaux installent officiellement le Comité de Dialogue Social (CDS) de l’entreprise lors de l’Assemblée Plénière, ce mardi 14 novembre. Ils seront accompagnés dans ce processus par le Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS) de l’Etat du Sénégal.

Cette assemblée plénière constitue, avec le comité de pilotage, les deux organes qui composent le Comité de Dialogue Social de Sonatel.

La mise en place de ce mécanisme de dialogue social obéit à une volonté de se conformer au droit d’expression directe et collective et aux procédures de négociations au sein de l’entreprise ; mais aussi de consolider les bases d’un dialogue social de qualité dans SONATEL pour contribuer à l’atteinte des objectifs stratégiques et de progrès social.

En effet, en mars 2014, Sonatel et les organisations syndicales de ses travailleurs ont convenu d’instituer un cadre et des mécanismes de dialogue permanent par adoption de la Charte du Comité de dialogue social de Sonatel (CDS).

Cette charte a pour objet de donner aux travailleurs la possibilité de s’exprimer directement sur le contenu de l’organisation et les conditions de travail de Sonatel. Elle permet également de pallier les difficultés pour mener à bien une négociation, en fixant des mesures appropriées pour encourager et promouvoir le développement et l’utilisation au mieux des procédures de négociation au sein de l’entreprise. La Charte est aussi un moyen d’approfondir à tous les niveaux le dialogue social en renforçant le cadre institutionnel dans lequel il se déroule afin de le rendre plus efficace.

En plus de permettre aux parties prenantes de tenir compte des changements intervenus dans l’environnement socio-économique en vue de trouver l’équilibre nécessaire entre le renforcement de la compétitivité de l’entreprise et les intérêts des travailleurs à travers un dialogue social constructif, la Charte du Comité facilite aussi la mise en place des sessions de formation, notamment sur la négociation collective, l’économie, la législation sociale et les normes internationales du travail destiné aux représentants des organisations syndicales.

Enfin, grâce à la Charte, le Comité fait en sorte que les participants au dialogue social dans l’entreprise aient les mêmes informations concernant les données économiques et sociales, afin de leur permettre de tenir compte, d’une part de la situation spécifique de l’entreprise et d’autre part, de la situation sociale des travailleurs et de leurs familles.

En outre, le Comité de Dialogue Social pourra, d’accord parties, examiner toute proposition visant l’amélioration de la qualité du dialogue social, et des conditions de travail, de l’environnement péri-professionnel, de l’organisation du travail, sans toutefois se substituer aux attributions des autres institutions représentatives du personnel.

Les missions de ce Comité de Dialogue Social vont de la promotion du dialogue social en vue d’améliorer le climat social, l’organisation et les conditions de travail et la productivité au sein de l’entreprise à la promotion de la prévention des conflits en mettant en œuvre le mécanisme d’alerte que constitue la négociation préventive.

En passant par l’examen des conditions générales de travail dans lesquelles les salaires, la productivité de travail, la protection sociale pourraient être modifiées par rapport aux indicateurs économiques et l’étude des voies et moyens aptes à promouvoir des systèmes d’incitation au sein de l’entreprise. La veille de l’application correcte des accords intervenus entre la direction générale et les organisations syndicales constitue, enfin, une mission essentielle du Comité.

L’Assemblée plénière à composition paritaire comprend les membres du Comité de Coordination de Sonatel (Directeurs et Chefs de Départements), des Chefs de service et des délégués du personnel. Tandis que le comité de Pilotage paritaire réunit 20 membres avec à sa tête le DRH de Sonatel, comme Président, et les deux Secrétaires Généraux des Syndicats (SYTS et SNTPT) comme Vice-Présidents.

Audience accordée à Monsieur Abou Dieng, C.E.O et Président de Global Green International Holding accompagné de ses collaborateurs Messieurs KA et Claude NYAFOUNA de l’International Business Academy Group (Université)

Le vendredi 3 Février, 1ère Audience accordée à Monsieur Abou Dieng, C.E.O et Président de Global Green International Holding.

Le Mardi 7 Février 2017, 2ème audience accordée à Monsieur Abou Dieng accompagné de ses collaborateurs Messieurs KA et Claude NYAFOUNA de l’International Business Academy Group (Université).

6ème Assemblée plénière du Haut Conseil du Dialogue Social

Le Haut Conseil du dialogue social (HCDS) a ouvert, mardi, sa sixième assemblée plénière dans le but, selon sa présidente Innocence NTAP Ndiaye, de former et sensibiliser les acteurs dans leur transition vers l’économie formelle.

‘’Nous entamons cette assemblée dans l’espoir de voir les acteurs de l’économie bénéficier d’une formation sur les avantages d’adhérer aux PME mais aussi les accompagner dans leur transition vers l’économie formelle’’, a-t-elle dit.

Cette 6ème assemblée plénière du HCDS, d ’une durée de quatre jours est axée autour du thème ‘’ Le dialogue social : un levier de formalisation et de développement des PME.’’ Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs du Plan d’action triennal 2015-2018 du HCDS en direction des acteurs de l’économie informelle.

Il s’agit, d’une part, de les sensibiliser et les former dans la perspective de les accompagner dans leur transition vers l’économie formelle, et d’autre part, de créer les conditions pour qu’ils bénéficient d’une protection sociale adéquate et adaptée aux caractéristiques du secteur au sein duquel ils évoluent.

‘’Le temps est en effet plus que jamais à l’action (…) mais cette action doit aussi se déployer dans une dynamique participative pour capitaliser les apports de tous’’, a soutenu Innocence NTAP Ndiaye.

Selon elle, « c’est seulement de cette manière que nous pourrons permettre à notre pays de relever les nombreux défis liés à la réalisation des projets phares et pouvant être suscités par les réformes prioritaire du PSE ».

Ce cadre de référence des politiques publiques prévoit au moins que cinq projets phares auront des impacts directs sur les PME et les unités de l’économie informelle.

Il s’agit du projet de développement intégré de l’agriculture familiale, de trois autres devant promouvoir la modernisation de l’économie sociale et solidaire et du projet d’encadrement et de promotion des mines artisanales.

Innocence NTAP Ndiaye révèle le rapport du Haut Conseil du Dialogue Social face à la presse

« Cette pluralité d’organisations syndicales rend le dialogue social moins efficace »

Suite au rapport synthétique 2015 sur l’état du dialogue social parvenu à notre rédaction et émanant des services compétents du haut conseil du dialogue social (HCDS) à la page 9, il est clairement indiqué de mettre en place des comités de dialogue social au niveau des secteurs de l’agriculture, des mines, de la santé. En effet, dans le contexte d’une séance de partage et de vulgarisation du rapport 2015, ouverte, ce Mercredi à Dakar, sous la houlette de la Présidente du haut conseil du dialogue social, Innocence Ntap Ndiaye et de son équipe, il est mentionné que plusieurs organisations syndicales rendent le dialogue social plus difficile. A en croire, Mme Innocence Ntap Ndiaye, en ces termes : « Cette pluralité d’organisations syndicales rend le dialogue social moins efficace ». Face à la presse, son équipe a révélé que : « Le climat social a enregistré des perturbations plus marquées dans le secteur public par rapport à celui privé. Il s’agit des secteurs : de l’Education de la Santé (difficultés dans l’application consensuelle des accords signés, iniquité du système de rémunération, limites de la qualité du service public), de l’Enseignement supérieur (réforme des titres universitaires, revalorisation des pensions de retraite, revalorisation de la prime académique, la prise en charge sanitaire), des Collectivités locales (mise en œuvre de la fonction publique locale et de l’acte III de la décentralisation), du Secteur des Chemins de fer ; du Secteur de l’Electricité ». Par ailleurs, dans le cadre de son Plan d’Actions Triennal 2015-2018, le HCDS a retenu de mettre en place des mécanismes adaptés de dialogue social à l’échelle sectorielle et de contribuer à la conclusion de conventions collectives de l’agriculture, de la santé et des TIC. Une seule et unique question, à quand les prochaines élections de représentativité après celles réussies par Innocence Ntap en 2011, à l’époque Ministre du Travail… ?

 

Autres source: www.rondelleplus.org

Visite de la Présidente au siège de la Confédération nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS-FC)

Dans le cadre des visites de proximité qu’elle a initié avec les partenaires sociaux notamment les organisations les plus représentatives siégeant au Haut Conseil du Dialogue Social, Mme Innocence NTAP Ndiaye, accompagnée du Secrétaire Exécutif Monsieur Oumar FALL et Monsieur Mamadou DIALLO, Cadre au Haut Conseil du Dialogue social, s’est rendue au siège de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS/FC).

Elle et les membres de sa  délégation ont été accueillis par Monsieur Cheikh DIOP, Secrétaire Général en présence de Monsieur Aldiouma Sagna,  Président de la Commission Médiation au (HCDS)

Les temps forts de cette visite :

  • un tête à tête entre le Secrétaire Général de la CNTS/FC et le Président du HCDS ;
  • une séance de travail de plus de deux heures au cours de laquelle toutes les problématiques liées au dialogue social vont être passées au peigne fin.

Invité rfm soir Innoncence NTAP Ndiaye (Français/Wolof)

Audio – Interview RTS