Les Promoteurs de l’IFDS invités à promouvoir le Dialogue Social

La présidente du groupe international francophone de dialogue social (IFDS), Innocence Ntap Ndiaye, a souligné, lundi à Dakar, la nécessité pour les partenaires de cette institution, d’orienter leurs actions communes vers la promotion du dialogue social.
« Il est bon que les partenaires de l’IFDS inscrivent leurs actions communes dans le sens de promouvoir de manière plus efficiente la pratique et l’institutionnalisation du dialogue social au sein des organisations d’intégration économique sous régionale’’, a-t-elle déclaré.
La présidente de l’IFDS intervenait lors d’un séminaire régional intitulé : « Regards croisés sur des expériences de dialogue social dans l’espace francophone.’’
D’après Mme Ntap Ndiaye, le dialogue social est non seulement un objectif stratégique, mais aussi un moyen d’action incontournable. Il permet selon elle, ’’d’atteindre des objectifs majeurs que ce sont fixés les membres tripartites en matière d’emploi, de protection sociale et de protection des droits fondamentaux’’.
‘’La complexité des questions liées à la consolidation de la stabilité sociale justifie que nous nous ouvrions à des expériences en cours dans d’autres pays et des initiatives de développement des organisations qui mettent en réseau les acteurs de divers horizons’’, a-t-elle souligné.
’’Le dialogue social est en effet si important pour la stabilité de nos pays, la paix sociale et le développement économique qu’il mérite toutes les attentions’’, a pour sa part indiqué le représentant du ministre de l’Intégration africaine, du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) et de la Francophonie, Sanor Gningue.
Pour lui, il n’est pas envisageable de conduire un processus de développement cohérent, associant toutes les parties cohérentes, si en amont on ne met pas les dispositions pour la confiance mutuelle sincère, entre ceux qui sont chargés d’orienter les mutations, ceux qui doivent les mettre en œuvre et les bénéficiaires.
De manière générale, a poursuivi M. Gningue, la paix sociale au sein de l’entreprise constitue une condition indispensable pour atteindre les objectifs de performance ou le développement économique et social.
Aboubacar Wade, conseiller technique au ministère du Travail et du Dialogue social, estime lui qu’à l’heure de la globalisation, le réseautage et le partenariat sont des moyens efficaces pour promouvoir la paix sociale.
Il a également déclaré que les échanges d’expérience au cours de ce séminaire, permettront aux participants d’en tirer des principaux profits, en termes de bonnes pratiques et d’expériences à capitaliser.
’’Faire du dialogue social un instrument de gouvernance moderne suppose la création d’une nouvelle culture de management de relation de travail’’, a quant à lui estimé le représentant du Bureau international du travail (BIT)

6ème Assemblée plénière du Haut Conseil du Dialogue Social

Le Haut Conseil du dialogue social (HCDS) a ouvert, mardi, sa sixième assemblée plénière dans le but, selon sa présidente Innocence NTAP Ndiaye, de former et sensibiliser les acteurs dans leur transition vers l’économie formelle.

‘’Nous entamons cette assemblée dans l’espoir de voir les acteurs de l’économie bénéficier d’une formation sur les avantages d’adhérer aux PME mais aussi les accompagner dans leur transition vers l’économie formelle’’, a-t-elle dit.

Cette 6ème assemblée plénière du HCDS, d ’une durée de quatre jours est axée autour du thème ‘’ Le dialogue social : un levier de formalisation et de développement des PME.’’ Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs du Plan d’action triennal 2015-2018 du HCDS en direction des acteurs de l’économie informelle.

Il s’agit, d’une part, de les sensibiliser et les former dans la perspective de les accompagner dans leur transition vers l’économie formelle, et d’autre part, de créer les conditions pour qu’ils bénéficient d’une protection sociale adéquate et adaptée aux caractéristiques du secteur au sein duquel ils évoluent.

‘’Le temps est en effet plus que jamais à l’action (…) mais cette action doit aussi se déployer dans une dynamique participative pour capitaliser les apports de tous’’, a soutenu Innocence NTAP Ndiaye.

Selon elle, « c’est seulement de cette manière que nous pourrons permettre à notre pays de relever les nombreux défis liés à la réalisation des projets phares et pouvant être suscités par les réformes prioritaire du PSE ».

Ce cadre de référence des politiques publiques prévoit au moins que cinq projets phares auront des impacts directs sur les PME et les unités de l’économie informelle.

Il s’agit du projet de développement intégré de l’agriculture familiale, de trois autres devant promouvoir la modernisation de l’économie sociale et solidaire et du projet d’encadrement et de promotion des mines artisanales.

Cinquième Assemblée Plénière du Haut Conseil du Dialogue Social

La cinquième Assemblée plénière du Haut Conseil du dialogue social (Hcds) s’est ouverte hier avec comme objectif la planification des activités du Plan d’action triennal devant être réalisées en 2016 et 2017. La présidente de cette institution, Mme Innocence Ntap Ndiaye, a plaidé en faveur de l’implication des chefs religieux dans le dialogue social.

Cette cinquième assemblée plénière se tient 8 mois après la dernière session plénière qui, selon la présidente du Haut conseil du dialogue social (Hcds), avait en partie été mise à profit pour renforcer les capacités des membres pour qu’ils puissent mieux s’approprier le Plan Sénégal émergent (Pse). Pour Mme Innocence Ntap Ndiaye, cette assemblée plénière qui se tient sur trois jours s’emploiera, durant cette session, à procéder à la planification de ses activités pour le reste de l’année 2016 et à délibérer sur le budget du Hcds. Les membres du Hcds seront informés sur les activités menées par les organes de l’institution depuis la dernière Assemblée plénière. Il sera aussi procédé à une délibération sur le budget de l’institution.

Mme Ndiaye a insisté sur l’importance d’accorder une place essentielle à la formation des partenaires sociaux. « La formation, à elle seule, peut nous garantir la promotion du dialogue social et la négociation collective, la facilitation dans la mise en place des mécanismes adaptés de dialogue social à l’échelle nationale et sectorielle, notamment au niveau des branches et des entreprises », a-t-elle indiqué. Selon elle, cette assemblée sera aussi l’occasion de revisiter le patrimoine immatériel du Hcds en matière de dialogue social.

Par ailleurs, Mme Innocence Ntap a indiqué que les chefs religieux, en raison de l’aura dont ils jouissent auprès des populations et des fonctions de régulateurs de la vie sociale qu’ils assument, doivent être mis à contribution afin qu’ils puissent jouer pleinement leur partition dans l’instauration et la consolidation de relations professionnelles apaisées. « Nous aurons, durant cette assemblée plénière, à dialoguer avec le porte-parole de la confrérie Tidiane, en l’occurrence Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, à l’occasion d’une visite prévue ce mardi 27 septembre, dans l’après-midi, à Tivaouane », a-t-elle indiqué. De plus, a-t-elle noté, cette visite, de même que celles qui s’en suivront, auront des répercussions positives sur la capacité d’intervention du Hcds en matière de médiation sociale.