Dialogue social à la Sonatel : Les organes du comité installés

Le Comité de dialogue social de la Sonatel a été installé, hier, par le président du Haut conseil du dialogue social, Mme Innocence Ntap Ndiaye, en présence de toutes les représentations de l’Etat et des travailleurs de l’entreprise. Il comporte 20 membres déterminés à promouvoir la culture du dialogue social au sein de l’entreprise.

Une nouvelle ère règne désormais au sein de la Sonatel. En effet, en mars 2014, Sonatel et les organisations syndicales de ses travailleurs ont convenu d’instituer un cadre et des mécanismes de dialogue permanent par adoption de la Charte du Comité de dialogue social. L’occasion pour Mme le président du Hcds de magnifier le fruit d’un long processus qui a abouti à sa mise sur pied. Selon Mme Ntap Ndiaye, « cette cérémonie sera marquée dans le livre d’or de son institution et dans le comité social de la Sonatel ». A l’en croire, il faut donner à la formation une autre facette d’entreprise. « Il faut se former pour mieux prévenir les crises », a souligné l’ancien ministre du Travail, des Organisations professionnelles, à l’endroit des travailleurs, ajoutant ainsi que « cette manifestation concerne une entreprise membre d’une multinationale ».

Cette assemblée plénière constitue, avec le comité de pilotage, les deux organes qui composent le Comité de dialogue social. Ainsi, la mise en place de ce mécanisme de dialogue social obéit à une volonté de se conformer au droit d’expression directe et collective et aux procédures de négociations au sein de l’entreprise. Il s’agit aussi de consolider les bases d’un dialogue social de qualité à la Sonatel, afin de contribuer à l’atteinte des objectifs stratégiques et de progrès social. Selon le directeur général, Alioune Ndiaye, la relation au travail connaît une véritable révolution. « Nous devons faire des efforts constants pour dialoguer afin de réussir à asseoir la confiance et se comprendre mutuellement », a-t-il dit. Il soutient que les travailleurs sont conscients d’améliorer ce qui a été fait jusque-là au sein de leur entreprise. Le directeur général invoque toutefois les valeurs de responsabilité, d’engagement, d’efficacité et de transparence, et invite à une mobilisation du personnel pour la mise en œuvre des enjeux stratégiques dans un environnement concurrentiel. « Le dialogue social ainsi que le patriotisme d’entreprise sont les facteurs clés de succès », a encore fait remarquer le Dg de la Sonatel.

Les travailleurs ont la possibilité de s’exprimer directement sur le contenu de l’organisation et les conditions de travail. Cette charte permet de pallier également les difficultés pour mener à bien une négociation, en fixant les mesures appropriées pour encourager et promouvoir le développement et l’utilisation au mieux des procédures de négociation. Le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et postes (Artp) déclare que le point fort de la Sonatel a toujours été le dialogue social. Abdou Karim Sall soutient que cette entreprise qui emploie plus de 1.800 salariés ne peut pas déroger à la règle. « Nous sommes résolument engagés à vos côtés pour vous soutenir dans la voie de l’émergence », relève-t-il.

La Sonatel est reconnue Top employeur pour la 5ème fois consécutive en Afrique du Sud. Une consécration qui pousse Amadou Kane Diallo, le directeur des Ressources humaines, à se convaincre que le dialogue social doit être une quête permanente.

 

Par Cheikh Malick Coly

Source: Dialogue social à la Sonatel

 

Installation des organes du Comité de Dialogue Social de Sonatel

Sonatel et ses Partenaires Sociaux installent officiellement le Comité de Dialogue Social (CDS) de l’entreprise lors de l’Assemblée Plénière, ce mardi 14 novembre. Ils seront accompagnés dans ce processus par le Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS) de l’Etat du Sénégal.

Cette assemblée plénière constitue, avec le comité de pilotage, les deux organes qui composent le Comité de Dialogue Social de Sonatel.

La mise en place de ce mécanisme de dialogue social obéit à une volonté de se conformer au droit d’expression directe et collective et aux procédures de négociations au sein de l’entreprise ; mais aussi de consolider les bases d’un dialogue social de qualité dans SONATEL pour contribuer à l’atteinte des objectifs stratégiques et de progrès social.

En effet, en mars 2014, Sonatel et les organisations syndicales de ses travailleurs ont convenu d’instituer un cadre et des mécanismes de dialogue permanent par adoption de la Charte du Comité de dialogue social de Sonatel (CDS).

Cette charte a pour objet de donner aux travailleurs la possibilité de s’exprimer directement sur le contenu de l’organisation et les conditions de travail de Sonatel. Elle permet également de pallier les difficultés pour mener à bien une négociation, en fixant des mesures appropriées pour encourager et promouvoir le développement et l’utilisation au mieux des procédures de négociation au sein de l’entreprise. La Charte est aussi un moyen d’approfondir à tous les niveaux le dialogue social en renforçant le cadre institutionnel dans lequel il se déroule afin de le rendre plus efficace.

En plus de permettre aux parties prenantes de tenir compte des changements intervenus dans l’environnement socio-économique en vue de trouver l’équilibre nécessaire entre le renforcement de la compétitivité de l’entreprise et les intérêts des travailleurs à travers un dialogue social constructif, la Charte du Comité facilite aussi la mise en place des sessions de formation, notamment sur la négociation collective, l’économie, la législation sociale et les normes internationales du travail destiné aux représentants des organisations syndicales.

Enfin, grâce à la Charte, le Comité fait en sorte que les participants au dialogue social dans l’entreprise aient les mêmes informations concernant les données économiques et sociales, afin de leur permettre de tenir compte, d’une part de la situation spécifique de l’entreprise et d’autre part, de la situation sociale des travailleurs et de leurs familles.

En outre, le Comité de Dialogue Social pourra, d’accord parties, examiner toute proposition visant l’amélioration de la qualité du dialogue social, et des conditions de travail, de l’environnement péri-professionnel, de l’organisation du travail, sans toutefois se substituer aux attributions des autres institutions représentatives du personnel.

Les missions de ce Comité de Dialogue Social vont de la promotion du dialogue social en vue d’améliorer le climat social, l’organisation et les conditions de travail et la productivité au sein de l’entreprise à la promotion de la prévention des conflits en mettant en œuvre le mécanisme d’alerte que constitue la négociation préventive.

En passant par l’examen des conditions générales de travail dans lesquelles les salaires, la productivité de travail, la protection sociale pourraient être modifiées par rapport aux indicateurs économiques et l’étude des voies et moyens aptes à promouvoir des systèmes d’incitation au sein de l’entreprise. La veille de l’application correcte des accords intervenus entre la direction générale et les organisations syndicales constitue, enfin, une mission essentielle du Comité.

L’Assemblée plénière à composition paritaire comprend les membres du Comité de Coordination de Sonatel (Directeurs et Chefs de Départements), des Chefs de service et des délégués du personnel. Tandis que le comité de Pilotage paritaire réunit 20 membres avec à sa tête le DRH de Sonatel, comme Président, et les deux Secrétaires Généraux des Syndicats (SYTS et SNTPT) comme Vice-Présidents.